Activités
 

Mimi Barthélemy (1939-2013)

Messieurs, Dames, La Société : Au revoir !

Un mauvais vent est venu me chercher hier, et m’a emportée au "pays des sans chapeau".

Je vous dirai plus tard ce que ce mauvais vent compte faire ou fera de moi.

J’étais en tournée quand cela arriva, quand ce mauvais vent est venu. Je jouais le Code Noir avec mon ami Amos Coulanges... Vous le saviez, n’est-ce pas ? C’était un spectacle avec musique et lumière et tout l’attirail nécessaire. Je me dis que j’aurais peut-être pas dû mettre en conte le Code Noir. Il est des choses qu’on ne fait pas impunément.

Mais, les contes, vous le savez comme moi, peuvent tout se permettre. Il y en a qui sont drôles, fantastiques, merveilleux et d’autres qui sont tristes, acides, bouleversants.

Et mon cœur a cédé au moment où j’en avais le plus besoin !

Je mets toujours du cœur dans ce que je raconte. C’est mon cœur qui m a conduite sur scène à vous dire plein d’histoires. Mon cœur est toujours au rendez-vous de tout ce que je raconte : du temps passé au temps d’aujourd’hui. C’est lui qui me révèle les traces sensibles de ce qu’il faut dire ; sinon, à quoi servirait-il, le cœur ?

Le cœur est ce qui me pousse à tout vous dire !

Et voila qu’il cède aujourd’hui : sans doute de vouloir trop vous dire, d’insister à tout dire, à ne rien vous cacher. Mais, c est le propre du conte de vouloir tout raconter, même quand vous savez déjà ce qu'un conte vous raconte. C’est le propre du conte de faire comme si vous ne saviez pas ce qu’un conte raconte. On se surprend au jeu de se voir soi-même raconté. Et ce qu’il y a de fort, de particulier dans le conte : c est une ballade de soi à soi, de bouche à oreille qui nous oblige à nous reconnaître. J’y mettais du cœur, mais mon cœur a cédé. Un mauvais vent m’a entraînée au "pays des sans chapeau."

Mais le conte, sans moi, devra continuer. C’est pas moi qui l’ai inventé, le conte ! Il existait déjà depuis les temps anciens, depuis l’Afrique, l’Europe, l’Asie... depuis Schéhérazade, cette femme des mille et une nuits qui a pu sauver tant de femmes par sa manière de raconter. Moi, je n ai peut-être sauvé personne, mais j’ai voulu comme tant d’autres redonner au conte la place qu’il mérite parmi nous. Et, je me suis promenée chez moi, dans toute la Caraïbe, chez d’autres ensuite. A raconter des histoires faites d’injustice, de veulerie, de luttes, d’atrocités, de trahison, mais aussi d’amour, un amour toujours là, en veilleuse, qui a souvent du mal à se répandre, à nous souder dans notre rêve d’humanité.

J’ai pris les chemins de l'Oncle Bouqui, de Malice. J’ai pris les chemins du poisson Thézin, de Compère lapin, des rois, des reines et princesses. J’ai pris des chemins sans fin qui révèlent l’homme dans ses faces cachées, sa cupidité, ses abjections, sa quête de domination, son aveuglement, son refus du partage, sa volonté de destruction, son irrespect de l’environnement...

Moi qui raconte cette histoire – je ne sais trop pourquoi – j’ai fait un rêve, hier, à la veille de ma mort. J’ai rêvé avoir coupé la tête à un canard, juste avant de me rendre au mariage d’un ami. Ai-je fait ceci pour esquiver cela ? Ai-je agi ainsi pour empêcher cela?

Toujours est-il que la mort du canard m’a alourdi le bras. Or, il fallait que je lui coupe la tête, à ce canard, pour une raison de famine chez des gens proches et malheureux. La tête du canard était coupée, mais le reste du corps bougeait encore. Comme pour chercher grâce à mes yeux. J’ai, par la suite, poursuivi mon chemin vers ce mariage... avec un pneu crevé !

Allez comprendre ce qu’un rêve veut dire !

J ai vécu toute ma vie entre ce qu’il faut faire, ce qu’il est nécessaire de faire, et ce qui reste à faire !

Aujourd’hui que je pars, Messieurs, Dames, La Société! Aujourd’hui qu’un mauvais vent est venu m’enlever... Que dira-t-on de moi?

J’étais un conte à faire dormir debout!

J’étais un conte, malgré tout.

Syto Cavé,

2 mai 2013


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joignez-vous à notre liste courriel


Votre Nom
Adresse Email
Powered byEMF Easy Form Builder
Report Abuse